Étiquette : Patriotisme économique

La Polynésie en appelle au patriotisme économique

Il n’y a pas qu’en France Métropolitaine que le patriotisme économique a le vent en poupe…

Cette semaine, le Syndicat des Industriels de Polynésie Française (SIPOF) a appelé la population au patriotisme économique  : « Produisons local. Achetons local. Consommons local ».

« Chacun de nous, pour son avenir et celui de ses enfants, doit s’efforcer de penser, en permanence, au profit de l’économie polynésienne dans chacun de ses actes. Il est donc nécessaire de préserver l’emploi pour conserver le pouvoir d’achat ».

Le patriotisme économique s’étend au delà des frontières, pour la sauvegarde des emplois de tous les territoires…  Outre-Mer compris.

Si 64 % des français sont aujourd’hui prêts à payer plus cher un produit d’origine française, ils n’étaient que 44 % dans ce cas il y a seulement cinq ans, d’après une étude récente du CREDOC. En payant plus cher leurs produits, certains de nos concitoyens souhaitent – peut-être – témoigner leur solidarité avec les français les plus exposés à la crise. L’acte d’achat prendrait ainsi une dimension éthique… Encore faut-il être sûr que le produit soit bien Made in France ou Made in Fenua !

Air France sans Airbus, c’est… Air America

Enfin un sujet qui transcende les clivages politiques. Plus de 160 députés français, de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP), du Nouveau Centre (NC) et du Parti Socialiste (PS) ont signé la pétition de Bernard Carayon, Député du Tarn, Maire de Lavaur et fervent défenseur d’une politique publique d’intelligence économique : ils « invitent fermement M. Pierre-Henry Gourgeon,  Directeur Général d’Air France-KLM a faire le choix naturel et légitime de la filière aéronautique européenne … ». Rappel de l’aventure : il y a un an,  Air France-KLM a lancé un appel d’offres pour renouveler 100 avions long-courrier. Un enjeu de taille pour le constructeur européen Airbus, qui lui permettrait de consolider le programme du A 350  face au B 787 (Boeing). « Avec un coût de développement de 13 milliards d’euros, l’A 350 constitue un programme majeur pour l’Europe, notamment pour la France, que ce soit en termes d’emplois ou pour notre commerce extérieur », rappellent les signataires de cette pétition. Et d’évoquer la « relation étrange et privilégiée » d’Air France avec Boeing : elle a été la compagnie de lancement du B 777-300ER et sa flotte long courrier est composée à plus de 70% d’avions américains…

Faut-il également souligner que le gouvernement américain a fait acte de protectionnisme dans l’affaire des avions ravitailleurs de son armée ? Boeing avait remporté, après huit années de lutte face à Airbus, l’appel d’offres géant portant sur le renouvellement de sa flotte d’avions ravitailleurs datant des années 50. Au total : 30 milliards de dollars et des dizaines de milliers d’emplois aux Etats-Unis. La direction d’Air France-KLM serait-elle sourde au point de laisser s’envoler une aussi belle occasion de faire avancer l’aéronautique européenne ? Tant pis si le patriotisme économique est pris pour du protectionnisme. Le choix de la compagnie doit être annoncé dans les prochains jours…

Source : Knowckers