Étiquette : innovation

La D2IE en soutien à l’innovation

Entre la sortie d’un libre blanc pour la recherche, et la signature de conventions avec l’INPI et l’AFNOR, le printemps est riche pour la Délégation interministérielle à l’intelligence économique (D2IE).

Sorti le 14 mars dernier, « le guide de l’intelligence économique pour la recherche » est destiné aux chercheurs publics (universités, écoles, organismes de recherche et fondations). Par la diffusion de bonnes pratiques, cet ouvrage compte, d’une part mieux valoriser l’innovation afin de réduire le fossé entre la sphère universitaire et la sphère industrielle ; d’autre part, contribuer à la protection de cette innovation contre le « captage ». En effet, le secteur de la recherche serait devenu – en 2011 – d’après Olivier Buquen, le responsable de la D2IE, le deuxième secteur pillé derrière l’aéronautique, alors qu’il ne serait jamais apparu dans le top 5 jusqu’à présent…

Dans sa préface, Laurent Wauquiez, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, écrit  : « La recherche publique est le principal vecteur de création de savoir et joue à ce titre un rôle primordial pour l’économie d’un pays » ; il rappelle en outre que ces dernières années, le gouvernement a consacré 22 milliards d’euros au travers du programme d’investissements d’avenir pour le renforcement de la productivité, l’innovation, l’accroissement de la compétitivité et l’emploi, lancé le 14 décembre 2009.

Une semaine après, le 20 mars, le Ministère de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, signait trois conventions bilatérales entre la Délégation interministérielle à l’intelligence économique, l’Institut national de la propriété industrielle et le Groupe AFNOR afin de renforcer leur coopération en matière de la sensibilisation des entreprises et des établissements de recherche aux problématiques sur lesquelles elles interviennent.

Ces conventions sont définies autour de 3 axes :

  • l’accompagnement des entreprises – en particulièrement les PME – dans leur démarche d’innovation (protection et diffusion) ;
  • le développement d’actions de sensibilisation, de formation et d’outils pédagogiques communs ;
  • le renforcement de leur coopération en matière de prospective et de veille stratégique, au travers d’échanges d’informations plus systématiques.

Deux événements qui illustrent le renforcement de la politique d’intelligence économique, inscrit dans la circulaire du Premier ministre du 15 septembre 2011, et qui s’est déjà illustré par :

  • la définition et la mise en œuvre d’une politique d’intelligence économique dans les pôles de compétitivité ;
  • l’adoption en janvier 2012, par l’Assemblée nationale, d’un dispositif de protection du « secret des affaires » ;
  • le lancement, également en janvier 2012, d’un plan d’actions pour mieux défendre les intérêts français dans la « bataille des normes ».
Soulignons que la doctrine d’intelligence économique française, caractérisée par une forte implication du gouvernement, demeure un modèle original qui intéresse d’autres pays, et notamment la Chine

Sources : Les Echos et le communiqué de presse du 20/03/12 du Ministre chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique

Publicités

Innovation : savoir adapter son modèle

Partant d’exemples connus du grand public, François Chopard (cabinet Oliver Wyman Delta) propose des profils d’innovation des entreprises. Parmi ceux-ci  :

  • le profil « Game Changer » comme Apple, Google ou encore SAP qui fait rêver, mais dont la prise de risque est à la hauteur de l’ambition ;
  • le profil « Créateur » qui consiste à intégrer les mouvements du marché et à lui proposer des offres sur mesure, au bon moment ;
  • le profil « Intégrateur » qui considère l’innovation comme un portefeuille d’options géré selon les opportunités industrielles ou financières;
  • le profil « Développeur » qui, en s’appropriant des innovations d’un marché, est capable de les transposer à d’autres secteurs industriels.

Sur la base de son expérience, il a ainsi développé une vingtaine de profils, divisés en 2 catégories, les innovateurs pérennes et les innovateurs non-pérennes.

Il a également identifié 4 règles d’or pour passer d’un modèle d’innovation à un autre :
  • Connaître le modèle d’innovation actuel, sa stabilité dans le temps et sa cohérence avec le marché et la stratégie ;
  • Concevoir son modèle d’innovation cible en cohérence avec sa vision et sa stratégie, en s’assurant qu’il soit accessible ;
  • Faire converger son équipe dans cette démarche ;
  • Identifier les leviers prioritaires pour passer du modèle actuel au modèle ciblé.
Ainsi, selon l’auteur de cet article, connaître son modèle d’innovation actuel ne suffit pas. Encore faut-il savoir le faire évoluer en fonction de sa stratégie et de son environnement, pour rester compétitif et se développer.
L’itération de la démarche – en lien avec le marché et la stratégie – montre que la passage d’un modèle d’innovation à un autre peut être (en partie) mené à travers une démarche d’intelligence économique, tant en interne, qu’en externe.
Source : Les Echos

Ne manquez pas le premier MIS

Vous avez aimé les rendez-vous ICC (Innovation – Compétitivité – Connaissance) et Documation ?

Alors vous apprécierez le MIS (Management – Information – Stratégie ), le fruit de l’alliance de ces deux salons !

Le 1er MIS se tiendra à La Bourse de Commerce de Paris, les mardi 11 et mercredi 12 octobre 2011.

Il s’adresse particulièrement (mais pas seulement) aux professionnels de la veille et de la gestion des connaissances, des documents numériques et de l’information.

Le programme de cette nouvelle édition sera organisé selon 4 thématiques :

  • La veille, la recherche et l’analyse stratégique ;
  • L’intelligence collective et les Stratégies 2.0 ;
  • Les Réseaux et les Savoirs : modes de production et valorisation des connaissances métiers ;
  • La maîtrise du risque et gouvernance stratégique : sécurité, éthique, décision.

Pour connaître le programme, cliquez-ici

Pour vous inscrire gratuitement, cliquez-là

Voilà de quoi commencer la rentrée en beauté pour tous les curieux de la gestion de l’information !

Technologies clés 2015 : une mine d’infos pour les entrepreneurs

Depuis 1995, le ministère chargé de l’industrie lance tous les 5 ans une étude destinée à identifier et caractériser les technologies clés pouvant contribuer au développement économique de la France à l’horizon de 5/10 ans. Avec d’autres travaux, notamment ceux menés par le Centre d’Analyse Stratégique, cette étude fait partie des références sur lesquelles s’appuient les politiques publiques nationales en faveur de l’innovation et de la compétitivité des entreprises.

Pour celles-ci, et notamment les PME-PMI, cette prospective technologique foisonne d’informations pouvant les aider à nourrir leurs choix stratégiques à moyen terme. Paru en mars dernier, le quatrième opus intitulé « technologies-cles-2015» a mobilisé 250 experts : au total, 85 technologies clés ont été identifiées parmi s7 secteurs d’activité :

  • chimie/matériaux/procédés ;
  • technologies de l’information et de la communication ;
  • environnement ;
  • énergie ;
  • transports ;
  • bâtiment ;
  • santé/agriculture/agroalimentaire.

Après une brève présentation du contexte international, européen et national, l’étude égrène, une à une les technologies, toutes présentées suivant un modèle identique : description, applications, enjeux et impacts, acteurs, position de la France, analyse AFOM (atouts, forces, opportunités et menaces), et recommandations. Cette analyse sectorielle destinée aux décideurs économiques et politiques peut aussi servir de repères à toutes celles et ceux qui cherchent à mieux comprendre un monde en pleine évolution… technologique.