Étiquette : information

Récupérer un contenu web disparu via les réseaux sociaux

Que celui qui n’a jamais perdu le contenu d’une page web lève la main ?!?! Classique, énervant, entêtant, voire carrément pénalisant… Dans leur publication «Resurrecting My Revolution Using Social Link Neighborhood in Bringing Context to the Disappearing Web», Hany M. SalahEldeen and Michael L. Nelson démontrent qu’il est possible de retrouver (en partie) le contenu d’une page web en étudiant des contenus relatifs au lien indisponible. Comment ? Ils utilisent les réseaux sociaux pour retrouver des messages relatifs à un message d’origine (contenant le lien désormais inactif). Par exemple, avec Topsy, ils cherchent la ressource manquante, puis consultent les tweets en relation avec celle-ci. Ensuite, les termes fréquemment relevés sont entrés dans Google : ce moteur propose à son tour des résultats comprenant des documents censés remplacer – en partie – le contenu perdu… Ainsi, les chercheurs ont réussi à «récupérer» un contenu similaire à 70 % à celui de la page web d’origine. Et ce pour 41% des liens perdus qu’ils ont testé. En somme, l’idée consiste à retrouver des données perdues à partir de traces laissées sur le web social. Au cours de leurs investigations, les chercheurs ont aussi constaté que des contenus disparus réapparaissent à l’occasion de la réactivation d’un compte utilisateur momentanément suspendu ou d’un nom de domaine interrompu, puis restauré.

On peut tout simplement éviter ce genre de mésaventure en copiant/collant le contenu d’une page web dans un traitement de texte (Word, Google Drive, etc.) ou s’envoyer l’adresse du lien et son contenu par messagerie électronique.

Source : atelier.net

Premier livre blanc sur la gouvernance de l’information

Ce 22 février 2012 est parue la première édition du livre blanc sur la gouvernance de l’information avec pour exergue une citation d’Isaac Newton : « Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts ». Une apostrophe qui résume l’esprit de cette étude menée en 2011.

En effet, ce document apporte une réflexion sur l’approche globale de l’information, afin de valoriser les liens entre les nombreux champs d’expertise du secteur. Il est le fruit de la collaboration d’une trentaine de personnes passionnées par le sujet.

Particulièrement riche, il analyse le rapport des entreprises françaises avec l’information et tout système permettant d’en établir la gestion, c’est-à-dire sa gouvernance. Il y traite de ses enjeux, de sa modélisation, des usages et des comportements, propose des référentiels et des méthodes, dresse quelques principes. Vous y découvrirez également la différence entre différentes formes de gouvernance (données, documentaire, d’entreprise, et évidemment de l’information).

Cette initiative, proposée par Jean-Pascal Perrein (3org Conseil SAS), sera reconduite en 2012, pour une seconde version, qui permettra sans aucun doute de commencer à comparer les tendances pour déceler les évolutions !

Pour télécharger gratuitement le livre blanc, cliquez-ici !

Liens forts et faibles dans les réseaux sociaux

Conversations liens faibles.png

Facebook, LinkedIn, Viadeo, Twitter, Meetic, World of Warcraft, Flickr, MySpace, YouTube… Comment expliquer le succès des réseaux sociaux numériques – professionnels et personnels – qui naissent, vivent et (parfois) meurent au rythme des évolutions d’Internet ? Une des explications majeures réside dans l’importance que chacun accorde à l’entretien de ses relations. Autrement dit un besoin viscéral de communiquer, largement supérieur au désir d’informer. Deux grandes catégories de liens unissent les individus : les liens forts, basés notamment sur l’affectif, l’intimité, les passions, les valeurs, etc. : voilà le cas typique des liens entretenus avec la famille, ses amis, de proches collègues de travail… Les liens faibles, a contrario, désignent des relations plus ou moins régulières provenant de simples connaissances, d’amis d’amis, d’anciens liens forts relâchés… Or, les réseaux sociaux numériques ont cette vertu de faciliter – à la fois – la continuité de liens forts par d’autres outils que le courrier, le téléphone, les rencontres physiques, etc. et l’entretien, voire la réactivation de liens faibles grâce à leur système de recherche. Qui n’a pas retrouvé ou été recontacté par d’anciennes connaissances via Facebook ou son blog personnel ! On comprend aisément l’utilité d’entretenir tous ces liens, notamment pour les professionnels de la recherche d’informations, la veille et l’influence.

D’aucuns pourraient objecter que communiquer via ces « nouveaux » réseaux sociaux, c’est bien, mais pour dire quoi !?! L’essentiel n’est pas nécessairement le contenu du message, car pour entretenir des liens forts ou faibles, l’information compte moins que la fréquence des contacts. Un petit signe, un petit geste qui témoigne de l’attention portée à l’Autre. L’intention et le sentiment restent au cœur des relations humaines, y compris numériques !

Et si on parlait de gouvernance ?

Cet été, nous vous faisions part du lancement du 1er observatoire sur la gouvernance de l’information. Première étape de l’observatoire : analyser le rapport des entreprises françaises avec la gouvernance de l’information via un questionnaire en ligne (7 thèmes, une trentaine de questions). A ce jour, plus de 350 entreprises ont déjà répondu. Si vous souhaitez contribuer à cette étude, cliquez-ici et demandez votre code d’activation personnel d’ici fin novembre.

En outre, voici quelques événements organisés par les partenaires de GouvInfo. Chaque événement inclura la restitution et l’analyse des résultats de l’observatoire, présentés en fonction des sujets abordés.

  • 15 novembre 2011 – Conseil de la gouvernance de l’information animé par IBM
  • 22 novembre 2011 – Gouverner l’information pour mieux valoriser le patrimoine de l’Entreprise animé par RSD
    • Le patrimoine et la gouvernance de l’information : Risque et valeur de l’information, opportunité de réduction de coûts d’usages de l’information, comment commencer un projet de gouvernance, témoignage client sur une expérience complète.
    • Contact : p.mabilleau@rsd.com 
  • 25 novembre 2011 – Just map it, cartographie de l’information proposé par Social Computing
    • La cartographie de l’information : Usages en entreprises, usages « grand public », fonctionnalités, technologies, social media monitoring, Open Data, data journalisme, cartographie de la gouvernance de l’information.
    • Contact : inscription sur le site web – yves@social-computing.com
  • 29 novembre 2011 – Content Café animé par Perceptive Software
    • Le Cycle de vie de l’information : Collaborer, capturer, gérer, archiver vos informations – Comment gagner en efficacité grâce à la gouvernance de l’information.
    • Contact : isabelle.saladin@perceptivesoftware.com
  • 26 janvier 2012 – La gestion documentaire et la gouvernance de l’information par Everial
    • Transversalité de l’information : Maîtriser les contenus d’information et faciliter les processus : comment décloisonner sans perdre le contrôle, enjeux pour les directions.
    • Contact : tlovy@everial.com
  • du 30 janvier au 3 février 2012 – Forum Perspectives Innovation animé par IBM

Première biennale du numérique

La première biennale du numérique se tiendra les 17 et 18 2011 à Villeurbanne (69).

Organisé par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), cet événement vise à « motiver les échanges et encourager le débat sur le devenir de l’information numérique, des innovations en matière de production et de diffusion des contenus, des évolutions de l’accès à l’information et des usages de lecture et de documentation ».

Des professionnels de l’information échangeront avec des chercheurs sur les enjeux, les usages, les innovations du secteur :

  • Comment se fait la médiation de l’information aujourd’hui ?
  • Qui sont les médiateurs ? Quels sont leurs rôles ?
  • Quels sont les dispositifs actuels et les pratiques innovantes liées à ces processus de médiation ?
  • Quels changements cognitifs interviennent ?
  • Comment se fera la médiation de l’information demain ?

De nouveaux modes de diffusion et des nouveaux procédés d’édition se créent, développant ainsi les perspectives en matière de médiation de l’information.

Pour consulter le programme : http://biennale-du-numerique.enssib.fr/

Lancement de l’Observatoire de la gouvernance de l’information

La rentrée de septembre approche… Le lancement de l’Observatoire de la gouvernance de l’information aussi, après un été où (traditionnellement) certains auront cherché à se désintoxiquer de l’information !

Telle est l’initiative prise par le cabinet 3org qui a constitué un collectif d’organisations composé de cabinets de conseil, d’éditeurs de logiciels, d’associations spécialisées, de cabinets d’analyses, etc. Son objectif : comprendre la gouvernance de l’information dans les organisations, peu importe leur(s) secteur(s) d’activité ou leur(s) domaine(s) d’expertise (veille, marketing et communication, urbanisation et architecture de l’information, etc.).

L’idée consiste à  trouver des éléments de réponses à ce type d’interrogations : « Peut-on mieux maitriser cette information, le devons-nous, qui doit le faire, comment, jusqu’à quel point ? »

De surcroît, l’observatoire est anonyme et gratuit pour les membres qui y participeront. Pour ceux qui souhaitent recevoir une invitation ou juste prendre connaissance du projet : http://www.gouvinfo.org


Les mots de l’IE : intelligence compétitive

L’intelligence compétitive peut se définir comme un outil d’aide à la décision par l’information, dont le but est de connaître et de comprendre un environnement au travers de ses acteurs, de leurs relations et de ses dynamiques, afin d’agir de la façon la plus efficace possible pour répondre à une stratégie. Stratégie qui, selon le périmètre, pourra être liée à une volonté de puissance, à la recherche d’avantages compétitifs, ou encore à un impératif de survie. Plus que jamais, dans le contexte actuel de globalisation, où la visibilité et les certitudes se réduisent et où les affrontements sont de plus en plus violents, connaître la position de chaque protagoniste, en suivre les mouvements pour évaluer sa propre position et s’adapter pour rester dans la partie, s’imposent.

L’intelligence compétitive, c’est de la connaissance au service de l’action stratégique, qui pour baliser le chemin qui sépare la situation initiale de la situation recherchée, recourt à un panel de techniques dont la matière première est l’information : veilles, protection, influence, etc.

Les métiers de l’IE pas assez reconnus

L’intelligence économique est une pratique en rupture avec la culture classique française du management où la gestion de l’information et des connaissances est sous valorisée.

Il ne s’agit pas seulement de paramétrer des outils !

Les missions proposées, même de très haut niveau, le sont encore trop souvent sous forme de stage.

Source : Archimag